Compléments sur le mot « Pouvoir » et « Domination »

Dans la Bible, lorsque le mot « pouvoir » ou « domination » n’a pas de connotation négative, il s’agit de tout autre chose que de chercher un pouvoir sur les autres.

La domination sur la terre fait partie de la bénédiction donnée à l’homme par Dieu !

Dans le texte de la genèse, au chapitre 1 et au verset 28, Dieu bénit l’être humain par cinq paroles de bénédictions : « Ayez des enfants, devenez nombreux. Remplissez la terre et dominez-la. Commandez aux poissons dans la mer, aux oiseaux dans le ciel et à tous les animaux qui se déplacent sur la terre. »

Le pouvoir qui construit est toujours une onction qui correspond à un ministère, une tâche à accomplir dans un temps et un espace donné : c’est le pouvoir de faire plus de bien. Ce pouvoir est toujours « reçu », jamais « pris ».

Josué 4. 6 « Ces pierres vous rappelleront ce qui s’est passé ici. Quand plus tard, vos enfants vous demanderont : Qu’est-ce que ces pierres veulent dire pour vous ? Vous leur répondrez : L’eau du Jourdain s’est arrêtée de couler quand le coffre de l’alliance du Seigneur est passé… » V 14 : « Ce jour-là, le Seigneur rend le pouvoir de Josué plus grand aux yeux de tous les israélites. Et pendant toute sa vie, ils le respectent comme ils ont respecté Moïse. »

2 Samuel 5.12 David reconnait ceci : c’est le Seigneur lui-même qui l’a établi comme roi sur Israël. C’est Lui qui a développé son pouvoir royal, à cause d’Israël, son peuple.

Même du Roi des rois, il est écrit dans Matthieu 28.18 « Tout pouvoir m’a été donné… Allez donc, faites de toutes les nations des disciples

Dans chacun de ces passages, le pouvoir est donné par Dieu pour faire plus de bien : Josué permet aux enfants de recevoir le témoignage des aînés, David devient roi à cause d’Israël, le pouvoir a été donné à Jésus pour que les disciples puissent faire des disciples.

Grandir, c’est diminuer son « pouvoir » ou celui que l’on croit avoir sur les autres.

Dans l’ouvrage « Des limites pour nos enfants », les auteurs, Cloud et Townsend, expliquent l’enfant doit progressivement augmenter sa maîtrise de soi. Il s’agit pour ses parents de lui apprendre à diminuer ses tentatives de contrôler les autres, son pouvoir sur les autres. Cela commence très tôt : Je hurle pour avoir ce que je veux et si cela fonctionne, je continuerai dans ce sens !

En ce qui concerne les adultes, la Bible semble dire que cet apprentissage doit continuer pour atteindre une maturité. Ps 75.5 : « Ne vous croyez pas au-dessus des autres. » Le pouvoir que l’on prend sur les autres risque de détourner quelqu’un du droit chemin, l’ecclésiaste explique cela au chapitre 7 et au verset 7 « Un sage qui a le pouvoir de dominer les autres peut devenir stupide, et les cadeaux peuvent gâter son cœur. »

A Jacques et Jean qui demandent une place d’honneur, Jésus répond : Marc 10.40 « Mais je ne peux pas décider qui sera assis à ma droite ou à ma gauche. C’est Dieu qui a préparé ces places pour certains, c’est à eux qu’il les donnera. » Galates 5.20 mentionne, dans la liste de ce que les désirs mauvais produisent « Ils cherchent à passer devant tout le monde ».

Le texte de Matthieu donne le conseil suivant au chapitre 23 et au verset 8 « Mais vous, ne vous faites pas appeler Maître. En effet, vous avez un seul maître, et vous êtes tous frères. »

Le fruit de l’Esprit est bien la maîtrise de soi et non la maîtrise de l’autre. Gal 5.23

Un texte complémentaire donné par un ami du DEF sur FB ! Merci 😉

Esaïe 9 annonce la venue de Jésus… Son autorité va arracher son peuple au pouvoir qui pèse sur lui pour assurer une paix sans fin !

Version PdV :

 

L’article à imprimer :

About the Author

Laisser un commentaire