Agape et Leadership

Etre un berger pour les enfants qui nous sont confiés ? Pas toujours évident !

L’amour AGAPE dans la Bible décrit un type d’amour inconditionnel, qui ne dépend pas de ce que l’autre aurait fait ou non. Il s’agit de l’amour fondé sur un choix intentionnel, c’est-à-dire qui s’exprime par une décision délibéré et par un comportement.  L’ouvrage « Le serviteur » de James C. Hunter fait un parallèle entre la posture du leader ou du berger et cet amour Agapé que seul Dieu peut nous accorder si nous laissons son Saint Esprit nous transformer…

Le tableau suivant, tiré de cet ouvrage, nous permet de mieux caractériser un leadership constructif !

AMOUR AGAPE LEADERSHIP / AUTORITE / ETRE UN BERGER
Patience

Bonté

Humilité

Respect

Altruisme

Pardon

Honnêteté

Engagement

 

Résultats : service et sacrifice

 

Faire preuve de maîtrise de soi

Donner de l’attention, apprécier et encourager

Etre authentique, ni prétentieux, ni arrogant

Traiter les autres comme des gens importants

Satisfaire les besoins d’autrui

Refus d’en vouloir à celui qui nous a causé du tort

Etre libre de toute tromperie, ne pas manipuler

S’en tenir à ses choix

 

Mettre de côté ses propres désirs et besoins ; rechercher le plus grand bien d’autrui.

Un peu de lexique…(source Wikipedia)

Agapē (ἀγάπη) est le mot grec pour l’amour « divin » et « inconditionnel », complétant la liste des mots grecs pour dire amour : Éros (l’amour physique), Agape (l’amour spirituel), Storgê (l’amour familial) et Philia (amitié, lien social). Les philosophes grecs du temps de Platon l’utilisaient dans un sens supposé universel, c’est-à-dire opposé à un amour personnel ; cela pouvait signifier l’amour de la vérité, ou de l’humanité.

Le terme est utilisé par les chrétiens pour décrire l’amour de Dieu, tel qu’il est décrit dans la Bible, envers les hommes. C’est notamment le mot employé tout au long du Nouveau Testament (rédigé en grec par ses différents auteurs), pour la qualité d’amour totalement désintéressé dont Dieu seul est capable, mais qu’il propose de donner à ses disciples par le Saint-Esprit. Un passage très explicite se trouve dans l’Évangile selon Saint Jean l’Evangéliste, chapitre 21, versets 12 et suivants, qui relate une conversation au cours de laquelle Jésus demande à son disciple Saint Pierre « s’il l’aime », employant le verbe « agapao », Pierre ne pouvant répondre mieux qu’avec « phileo ».

About the Author