La loi et les règles fondent l’autorité

Éduquer un enfant lui permet de devenir un adulte responsable et libre de ses choix. Un adulte, c’est quelqu’un qui a intégré les lois et les règles qui lui permettent de vivre en groupe, et qui est capable de choisir ce qui est bon pour lui et les autres. Cet article vous propose quelques balises pour vous aider dans cette tâche.

La loi et les règles fondent l’autorité.

Lorsque l’adulte veut poser le cadre pour un enfant, faire référence à la loi et aux règles en vigueur est essentiel :

De quelle autorité un parent peut-il demander à son enfant de se coucher le soir ? Simplement parce qu’il est le parent, et qu’il a la responsabilité de protéger son enfant et de l’aider à se construire physiquement !

De quelle autorité un professeur peut-il demander à un élève de travailler ? Simplement parce que c’est sa fonction : il est lui-même soumis à un cadre qui lui demande de faire progresser l’enfant dans ses apprentissages et qui lui fournit un cahier des charges au niveau national. Un professeur peut très bien expliquer à ses élèves que tous les enfants de son pays apprennent des choses similaires !

De quel autorité un animateur peut-il demander à deux enfants d’arrêter la bagarre ? Parce qu’il fait partie d’une association qui a un règlement intérieur, et que le fait de profiter des activités nécessite le respect de certaines règles.

Jouez à la balle plutôt que de tirer sur la corde !

L’adulte n’est pas la loi, il est simplement le garant d’une instance qui s’applique aussi à lui. Il y a donc une grande différence entre poser la loi et imposer la loi :

  • Lorsque je pose la loi, je suis clair, juste, stable et je rappelle simplement ce que la règle demande : « Je t’interdis de frapper ton camarade. » Si l’interdit est bravé, il y aura des conséquences : une sanction déjà comprise dans l’acte – le camarade s’éloignera – , voire une sanction donnée par l’adulte, par exemple, limiter le degré de liberté « Tu resteras auprès de moi et ne pourras plus jouer avec les autres durant un instant ». Poser la loi, c’est comprendre que l’éducation requiert toujours un peu de temps. C’est donner à l’enfant d’autres occasions pour apprendre à vivre ensemble en continuant à poser cette règle. L’enfant n’obtempère pas ? Je lui renvoie la balle en lui signifiant qu’il n’y arrive pas encore et que c’est bien dommage pour lui !  L’enfant réussit à suivre la règle ? Je l’encourage et le félicite !

 

  • Lorsque j’impose la loi, j’entre dans un rapport de force : « C’est comme ça et je l’exige tout de suite ! »  Et si l’enfant n’obéit pas, il aura l’impression d’avoir pris le dessus. Mon « permis à point » de l’autorité finira par être déficitaire ! Ensuite, lorsque je serai excédé(e), je ferai tourner ce rapport de domination en ma faveur par la force en criant, en menaçant, voire en humiliant l’enfant… En clair, il vaut mieux renvoyer la balle en nommant ce que l’enfant n’arrive pas encore à faire, en le responsabilisant plutôt que de tirer sur la corde !

La loi et les règles permettent de vivre ensemble.

Imaginez un jeu de société ou un jeu sportif sans règles : personne ne s’y amuserait et les conflits seraient inévitables. La loi n’est pas seulement une limite, c’est aussi un lien, elle relie les membres d’un groupe. La loi et les règles ont un sens. Comment aider nos enfants à le comprendre ?

  • Montrons-leur que nous vivons ensemble devant la loi, que les adultes vivent aussi dans un monde de contraintes et d’obligations, qu’ils ne font pas tout ce qu’il veulent. Etre soi-même soumis à un cadre permet d’y faire adhérer les autres. Les enfants ont besoin de modèles ayant eux-mêmes des limites. Les limites déteignent plus qu’elles ne s’enseignent : les enfants observent la manière dont on les traite, dont on traite son conjoint… Etre sous autorité soi-même conduit les autres au respect. Le respect appelle le respect.
  • Montrons à nos enfants que la loi et les règles sont garants d’équité. Si les règles sont identiques pour tous, elles permettent à chacun de vivre non seulement « à côté » de l’autre mais « avec » l’autre. Elles protègent et libèrent à la fois, puisque « interdire » et « autoriser » sont deux faces d’un même processus. Les enfants sont sensibles aux règles injustes, c’est à dire lorsque l’adulte fait des différences de traitement ou aux sanctions injustes : Ne sanctionnons pas à la légère, mais cherchons toujours à trouver l’origine d’un comportement.
  • Montrons leur que la loi est comme un pédagogue pour nous conduire à l’autonomie : avoir intégré les règles signifient que l’on a la capacité de choisir le bien pour nous et les autres.

Qu’en dit la Bible ?

Tout homme qui se place sous l’autorité en vigueur pour lui, participe à un principe de vie. Ne rien reconnaître au-dessus de soi, c’est sortir de cette disposition d’équilibre.

Romains 13. 1-4 Que tout homme se soumette aux autorités supérieures, car il n’y a pas d’autorité qui ne vienne de Dieu, et celles qui existent ont été mises en place par Dieu. C’est pourquoi celui qui s’oppose à l’autorité lutte contre une disposition établie par Dieu, et ceux qui sont engagés dans une telle lutte recevront le châtiment qu’ils se seront attiré. Car ce sont les malfaiteurs, et non ceux qui pratiquent le bien, qui ont à redouter les magistrats. Tu ne veux pas avoir peur de l’autorité ? Fais le bien, et l’autorité t’approuvera. Car l’autorité est au service de Dieu pour ton bien. Mais si tu fais le mal, redoute-la. 

Ps 37.30-31 : L’homme qui obéit à Dieu dit ce qui est sage, sa bouche exprime ce qui est juste. La loi de son Dieu est dans son cœur, il ne risque pas de tomber.

Proverbes 28.7 Celui qui observe la loi est un fils intelligent.

Osée 5.11 Ephraïm sera écrasé et brisé par le jugement, car il veut se conduire d’après ses propres règles.

Quelques conseils pour exercer l’autorité

Ps 89.15 La justice et l’équité sont la base de ton trône. (Version Parole de Vie)  : Pour gouverner, tu t’appuies sur la justice et le respect des lois. Amour et fidélité marchent devant toi. 

Prov 28.21 Ce n’est pas bien de faire des différences entre les gens. 

1 Tim 1.6 : Nous savons que la Loi est bonne, mais à condition d’être utilisée en accord avec son but.

Quelques conseils pour se soumettre

Prov 19.27 Mon enfant, si tu n’écoutes plus les avertissements, tu n’apprendras plus rien.

Prov 13.1 Un fils sage tient compte de l’éducation reçue de son père, mais le moqueur n’accepte jamais les reproches.

Eph 5.21 Parce que vous révérez le Christ, vous vous soumettrez les uns aux autres.

Héb 13.17 Obéissez à vos conducteurs et soumettez-vous à eux, car ils veillent constamment sur vous en sachant qu’ils devront un jour rendre compte à Dieu de leur service. Qu’ils puissent ainsi s’acquitter de leur tâche avec joie et non pas en gémissant, ce qui ne vous serait d’aucun avantage.

… Finalement, lorsqu’on y pense, c’est notre propre rapport à l’autorité qu’il convient d’interroger en premier pour progresser dans une relation éducative !

About the Author

Laisser un commentaire